.

La Petite Ceinture, espace atypique, ancienne voie de chemin de fer qui eut fait le tour complet de la ville de Paris. Elle surplombe les quartiers, ou s’engouffre dans les profondeurs humides de la ville. Autrefois grand paysage des transports ferroviaires, depuis longtemps à « l’abandon » et laissée à des pratiques libres. Un homme, Francois Godard réalisateur indépendant, nous fait découvrir aujourd’hui ses archives et son regard sur la transformation du lieu. Il en a fait une chaine Youtube entièrement consacrée à son travail.

Après une première phase introductive en 2016, afin d’amorcer l’ouverture progressive de la Petite Ceinture au public, des collectifs d’architectes, artistes, designers, urbanistes et paysagistes ont occupés et donnés une autre forme de vie à ces lieux. L’objectif était d’activer les premières envies et idées des habitants-usagers et d’observer les histoires et les pratiques actuelles de centaines de « passagers » abordants les traverses et anciennes gares de la Petite Ceinture. Depuis mai 2017, ce sont d’autres équipes qui sont venues continuer la pratique dans un objectif d’accompagnement à l’ouverture.

François Godard passe d’une dimension d’archivage d’un état de la Petite Ceinture ces vingt dernières années, à un carnet de bord à plusieurs chapitres.
On y trouve ainsi toute une série de témoignages, de reportages sur les pratiques artistiques développées, les expérimentations réalisées, les vies rencontrées. Cela donne un point de recul sur une situation complexe à comprendre en temps réel. Ces images soulèvent également un certain nombre de questions sur les pratiques proposées. Une régularité de visionnage permet un suivi de la forme que la transformation du lieu prend, sous le regard du réalisateur, et peut susciter des réactions. Le regard que l’on peut à son tour porter s’ajoute à celui de ceux qui y vivent, qui y travaillent ou qui y flânent.
.
A vos visionnages !
Crédit photo : E.S.E.L. (Ecole Spéciale des Espaces Libres, Paris 20, Rue Florian)
Pour continuer les discussions autour du sujet, on peut aussi les écouter ICI