Rencontre avec Micka, paysan-boulanger-maraîcher, parmi une série de reportages sonores avec des habitants de la Zad de Notre-Dame-des-Landes, menés par Polemix & La Voix Off.

Samedi dernier nous étions quelques uns d’Hyperville parmi les milliers de personnes à se retrouver au beau milieu de la Zone-à-défendre de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, en plein bocage truffé pour l’occasion de quelques chapiteaux et barnums — ainsi qu’un bon soleil!

La Zad de NDDL est aujourd’hui bien plus qu’une lutte, plus qu’une poche de résistance, c’est une communauté pleine de vie, étalée sur les plus de mille hectares du projet d’aéroport nantais. Avec des centaines de personnes vivant là, réunies par ce désir tenace de s’opposer à un énième projet capitaliste désastreux pour la nature et inutile pour les êtres humains (à l’exception des bétonneurs). Pour autant, ces personnes sont aussi faites de grandes différences, leurs cultures politiques, leurs sensibilités, leurs stratégies pourraient les amener à se déchirer, se diviser. Mais l’intelligence collective semble ici l’emporter, pour permettre à cet espace rural de se déployer comme un terrain d’expérimentation, dédié à l’autonomie alimentaire et politique. Une utopie au présent!

Micka, habitant de la Zad, livre un témoignage simple et lucide de ce qu’il se passe par là-bas.

Images : carte de la Zad, Formes Vives, Quentin Faucompré, Mano & Pia, en vente directe à 1€ ou prix libre, 2016 (contact pithon@formes-vives.org).