Écologie en temps de guerre. Quand les États-Unis luttaient contre le gaspillage des ressources, Mike Davis, revue Mouvement, juin 2008.

Ça c’est joué à pas grand chose. Car c’est bien pendant la seconde guerre mondiale, sous couvert d’un « effort de guerre », que la plupart des principes prônés aujourd’hui par les mouvements écologistes furent mis en place : sobriété volontaire, égalité des sexes, circulation douce, à vélo ou à cheval…co-voiturage : « Quand vous conduisez seul, vous conduisez avec Hitler ! Rejoignez dès maintenant un club de co-voitureurs ! « . Telle était la propagande du gouvernement états-unien en 1943. Un autre exemple, celui des « Victory Garden » : favorisant une souveraineté alimentaire locale, le gouvernement encourage la mise en place de potagers de quartiers, préconise l’optimisation de chaque parcelles disponibles et distribue des guides d’aide à la culture…Tout ça, c’était en temps de guerre. Mais ne le sommes-nous pas aujourd’hui ?