Le Community Land Trust Bruxellois – Une terre partagée pour un habitat responsable, (3’35), GSARA asbl, 2013 / Terrain à NE PAS vendre, (24’08), GSARA asbl, 2014

C’est dans l’Amérique Noire des années 1970 que sont apparus les premiers Community Land Trust. Face aux difficultés d’accès au logement pour les plus démunis, des gens se sont juridiquement associés et ont développés l’idée que le sol pourrait être considéré comme un bien commun, appartenant à la communauté. Seul le bâti relèverait de la propriété privée. Et donc avec un coût bien moindre. Arrivés tardivement en Europe, la Belgique s’est révélée être pionnière dans le domaine, suite à la crise du logement connues dans la région Bruxelles au cours des années 2000. Et en France, l’idée commence doucement à émerger, avec des premières traces dans la loi ALUR de 2014, où les Community Land Trust ont pris le nom d’Organisme Foncier Solidaire. Cette idée simple serait peut-être un puissant levier pour repenser la production du logement d’une part, et servir d’outil partagé pour lutter contre les phénomènes excluant de spéculation foncière bien connus dans nos centres urbain. Encore faudrait-il accepter la remise en cause de notre code Napoléonien, et repenser la terre comme un commun.

La première vidéo est une animation expliquant le principe dans ses grandes lignes. La seconde est le récit d’une expérience menée à Bruxelles il y a quelques années.

(image ©http://civileats.com/)